Notre Actu

05 nov 2020
Lancement Enquête Ecogestes Numériques

Comment gérez-vous vos applis sur votre smartphone ? Quelles sont vos pratiques de visionnage des vidéos ? Votre organisation favorise-t-elle votre engagement ?

Pour alimenter le débat sur le numérique responsable, Riposte Verte vous invite à répondre à une courte enquête anonyme.
 


A l'issue de cette consultation menée en partenariat avec GreenIT.fr et le label NR, les résultats seront présentés lors d'un événement public et publiés par l'Observatoire du Bureau Responsable.

PRENEZ 3 MINUTES POUR PARTICIPER !

 

04 nov 2020
Publication Baromètre PAP50 2020 Banques et Assurances

 

PAP50


Après 6 mois d'étude de la politique papier des 50 plus grandes banques et assurances,
découvrez les résultats du BAROMETRE PAP50 BANQUES ET ASSURANCES 2020.

Avec les meilleures moyenne générale (73/100) et note (89/100) jamais attribuées,
cette 9ème édition prouve une nouvelle fois l'intérêt d'évaluer les actions menées et
les engagements pris en matière d'achat durable, de maîtrise des consommations et
de tri et recyclage des papiers usagés.

OBR

 



TÉLÉCHARGER LES RÉSULTATS COMPLETS

 

 

04 nov 2020
Interview de Catherine Chazal, directrice RSE d'AXA

 

Catherine Chazal, responsable de la Direction RSE et Mécénat AXA France répond à nos questions suite à la 1ère place d'Axa France au Baromètre PAP50 2020 Banques et Assurances.

 

| Bonjour Catherine,
Les résultats d’AXA au Baromètre PAP50 en 2020 sont particulièrement remarquables (première place et meilleure note de toutes les entreprises interrogées depuis 2010 avec 89/100). Mettre en place une politique papier exemplaire, cela a été compliqué ?

En tant qu’entreprise de service, le papier est la principale matière première utilisée par AXA France, pour un usage interne par ses collaborateurs et externe pour ses clients qui reçoivent des documents commerciaux et réglementaires.

La vente d’une solution d’assurance ou d’épargne commence souvent par un dépliant et se matérialise par la souscription d’un contrat, lui-même générateur de papier dans le courant de sa vie (avis d’échéance, cartes vertes, avis de situation, relevés de compte, sinistres …).

 

Pour AXA France, être une entreprise responsable, c’est avoir un impact positif sur la société dans son ensemble, au quotidien de son métier d’assureur et au-delà. Réduire nos impacts sur l’environnement pour lutter contre le changement climatique est des priorités de notre stratégie RSE avec des objectifs environnementaux ambitieux dont les émissions de CO2 et la réduction de notre consommation de papier, émettrice de CO2, font partie :

  • Notre objectif entre 2012/2020 est de -50% tout papier confondu (T/etp), et nous avons, à fin 2019, réduit de - 45.7% notre consommation.
  • Nous poursuivons nos efforts en attendant la fixation de nouveaux objectifs entre 2019 et 2025.

 

C’est grâce à une implication et un engagement de toutes les parties prenantes de l’entreprise que nous avons progressé : à la fois des choix d’entreprise mais aussi une sensibilisation et un engagement de tous les collaborateurs au quotidien pour que cela porte ses fruits.

 

| Vous avez participé aux Baromètres 2010, 2013, 2014 et maintenant 2020 avec à chaque fois une progression constatée. Qu'avez-vous mis en place ? Quelle a été votre logique, vos outils ?

AXA France a effectivement tenu à participer dès 2010 aux baromètres du PAP50 avec l’ambition à chaque fois de progresser pour réduire notre empreinte environnementale et atteindre les objectifs fixés.

 

Une politique papier efficace comporte 2 types d’actions :

- des choix de fourniture et d’infrastructures rationnels

- des campagnes de sensibilisation des collaborateurs, agents et clients pour modifier les pratiques quotidiennes.

 

Concernant le papier de bureau, les nombreuses actions menées ces dernières années (campagne de sensibilisation, remplacement des imprimantes individuelles par un système d’impression collectif…) et l’intégration d’un critère RSE dans l’accord d’intéressement depuis 2009 (5% de la prime concernée) ont permis de baisser fortement la consommation de papier en interne.

L'e-courrier (dématérialisation sécurisée des courriers nominatifs), l’'e-recommandé et de nombreuses autres fonctionnalités intranet ont permis aux salariés, accompagnés par des programmes de formation dédiée, de retrouver tous les documents importants liés à leur travail de manière digitale (bulletin de paie, bilan individuel, contrat, documents de santé, etc…).

 

Depuis 2008, les collaborateurs sont régulièrement mobilisés autour des éco-gestes. Car au-delà des infrastructures, chaque geste compte. Et pour compléter le dispositif et aller plus loin, AXA France a lancé en 2017 un programme basé sur le nudge pour sensibiliser ses collaborateurs aux enjeux de la protection de l'environnement. Ce sont des messages ciblés placés au bon endroit pour rappeler le bon geste au bon moment.

Toutes les communications liées au tri ou à l’utilisation du papier reprennent le personnage créé ‘Papiro’.

La réduction de la consommation de papier de bureau (kg/ETP) est de -70 % entre 2012 et 2019.

 

Pour ce qui est du papier marketing distribution, AXA France a déployé depuis plusieurs années un plan d’actions pour diminuer le volume des documents envoyés aux clients. Les actions d’optimisation et de dématérialisation progressive des supports commerciaux du marketing opérationnel et des courriers de gestion ont ainsi permis une réduction conséquente des documents.

De plus, pour soutenir cette dernière démarche, et pour impliquer et sensibiliser nos agents et clients, AXA a planté un arbre pour chaque condition générale de vente envoyée par email, en partenariat avec l’entreprise sociale Reforest’Action, soit 200 000 arbres plantés en 2017.

 

| Quels sont les principaux freins et difficultés que vous avez rencontrés dans la mise en place de votre politique papier ?

Si la politique papier mise en place trouve un bon écho en interne comme en externe, c’est par une mise en place progressive des process, avec aide à la conduite du changement qu’elle est devenue exemplaire, dans une amélioration continue des pratiques de l’achat au recyclage en passant par la consommation et les impressions.

 

 

| Aujourd’hui, quels sont vos objectifs et défis relatifs aux enjeux du papier ?

Les nouveaux objectifs de réduction de notre consommation de papier à horizon 2025 sont un nouveau défi à relever tant en interne qu’en externe en rationalisant les stocks en adéquation avec la demande, en affinant encore les reportings pour les relier à chaque département, en changeant de modèle pour centraliser commandes, fabrication, impressions, envois, etc…

Certaines pratiques développées pendant la crise sanitaire doivent aussi être pérennisées comme le paiement 100% digital E-tip.

 

 

| Participer au Baromètre PAP50 vous a-t-il semblé utile pour votre organisation ?

Notre participation aux 4 baromètres depuis 2010 a été l’occasion à chaque fois de faire le point sur notre stratégie et notre fonctionnement global.

Précédemment récompensée en 2010 pour nos bonnes performances d’achat, la baisse du nombre de nos impressions et la mise en place de nos collecteurs de papier, en 2013, ce sont nos reportings réguliers, nos communications et actions de sensibilisation ainsi que notre dispositif interne d’exploitation des sites pour améliorer le tri et le recyclage qui étaient mis en exergue.

Fin 2014, pour la 1ère étude du secteur banque-assurance, AXA France arrive 1er au classement grâce à l’homogénéité de sa politique sur tous nos sites, avec des actions remarquées comme la prime d’intéressement indexée sur la performance papier et la communication récurrente et multicanale sur ce sujet.

 

Et c’est notamment grâce au baromètre que nous avons pu évaluer et faire évoluer nos process.

C’est une très bonne initiative qui nous permet aussi d’être noté par des experts, de se situer par rapport à nos pairs et de toujours nous challenger dans une démarche d’amélioration continue.

11 oct 2020
Invitation : Présentation des résultats du PAP50 Banque & Assurance

 

Le mercredi 4 novembre, Forêt services, Fiducial Office Solutions, Cèdre et Riposte Verte vous invitent à participer à l'atelier (en ligne) de présentation des résultats du Baromètre PAP50 2020 Banque et Assurance.

Après 6 mois d'étude de la politique papier des 50 plus grandes banques et assurances basées en France (BNP, CA, Crédit Mutuel, Axa, Malakoff, GMF...), les résultats de ce 9ème baromètre sont fins prêts. Venez donc découvrir ceux de votre banque et de votre assureur.

Si vous êtes intéressé/e, inscrivez-vous pour recevoir le lien de connexion. L'atelier débutera à 9h et se terminera à 10h30.

Au plaisir de vous voir entendre le 4 novembre !

 

25 sep 2020
Economie circulaire et déchets de bureau : les résultats de l'étude


Depuis 2010, Riposte verte enquête sur les pratiques liées à la gestion des déchets au bureau et livre ses analyses dans un livret complet accompagné d'une affiche des résultats.

Pour cette 5ème édition de l'étude, menée avec Ecologic et Valdelia, l'économie circulaire sert de fil conducteur aux thématiques abordées : tri, collecte, achat et communication interne.
 

    

 

Cette étude sur la gestion des déchets vise à nous informer des bonnes pratiques déployées au travail et des pistes d'action à explorer d'uregnce.

 

17 sep 2020
Invitation Petit-déjeuner « Déchets et Économie circulaire au bureau »

 

 

 

07 sep 2020
Invitation Atelier politique Papier


Le lundi 7 septembre, International Paper et Riposte Verte vous invitent à participer à l'atelier "Le papier, un acteur majeur de votre politique RSE".

Le papier, premier consommable au bureau, est un formidable outil de communication et un levier pour fédérer vos équipes et améliorer votre engagement RSE. Pour cela, il faut remettre quelques éléments en perspective afin d’en comprendre les enjeux et de définir une politique papier cohérente et éclairée. Nous vous proposons aujourd’hui d’échanger autour du papier pour en faire un outil d’amélioration de votre politique RSE, adaptée aux enjeux environnementaux actuels.

Animé par Cyril Hergott, responsable RSE de Riposte Verte, Julie Argante, Country Manager France de International Paper et Carole Ashford Field Marketing Manager France, Europe du Sud et MEA de International Paper, cet atelier se déroulera à 13h30 au salon Produrable, porte Maillot à Paris.

Si vous êtes intéressé/e, l'inscription est obligatoire.

Au plaisir de vous voir le 7 septembre !

03 mar 2020
ENQUÊTE : Quelle gestion des déchets au bureau ?


Au bureau, nous jetons en moyenne 125 kg de déchets par an dont 80 % sont recyclables… mais loin d'être tous recyclés. Par exemple, seuls 20 % des papiers sont recyclés !

Pour l’Observatoire du Bureau Responsable, Riposte Verte, Ecologic et Valdelia (éco-organismes des déchets électroniques et du mobilier) renouvellent l’enquête 2017 sur la gestion des déchets au bureau.

Afin d’apporter régulièrement au débat public des chiffres récents, nous vous invitons à répondre à un rapide questionnaire sur les pratiques dans votre organisation.
 


A l'issue de cette consultation, les résultats seront présentés lors d'un événement public et diffusés le plus largement possible.

PRENEZ 3 MINUTES POUR PARTICIPER !

 

14 oct 2019
Écogestes et Bien-être au bureau : les chiffres-clés 2019


Enquête Ecogestes

01 oct 2019
Le nouveau décret tertiaire entre en vigueur le 1er octobre 2019


La nouvelle mouture tant attendue du décret tertiaire est parue au Journal Officiel en juillet dernier et entre en vigueur ce mardi 1er octobre 2019. Deux ans après l'annulation du premier décret tertiaire, les modalités de mise en œuvre des objectifs, rendant obligatoire la réduction des consommations énergétiques des bâtiments sont enfin définies. La loi vise une réduction des consommations d'énergie finale d'au moins 40 % dès 2030 puis de 50 % en 2040 et 60 % en 2050 par rapport à 2010.

Les acteurs ont maintenant dix ans devant eux pour respecter la première échéance.

 

Tous les sites avec une part tertiaire cumulée de plus de 1000 m² de surface plancher sont concernés, y compris les sites à activité mixte. L’obligation de réduire les consommations d’énergie s’impose aux bailleurs comme à leurs locataires. Le périmètre de responsabilité de chacun est renvoyé à la rédaction du bail. A noter que les consommations des bornes de recharges de véhicules électriques ne rentrent pas dans le périmètre de l’obligation.

Les propriétaires ont le choix entre :

  • un objectif de réduction des consommations annuelles de l'énergie finale (l'ensemble des usages confondus) en pourcentage par rapport à une situation de référence.
  • Atteindre des cibles de consommation en valeur absolue (en kWh/m2/an) en fonction du niveau de consommation observé dans les bâtiments neufs du même type.

Les objectifs pourront être modulés en fonction de contraintes d'ordre technique, architectural ou patrimonial, du changement du volume de l'activité ou du coût global des actions si ce dernier est disproportionné au regard des économies d'énergie réalisées.

 

Les actions destinées à atteindre les objectifs doivent porter sur :

  • la performance énergétique des bâtiments,
  • l'installation d'équipements performants et de dispositifs de contrôle et de gestion active de ces équipements,
  • les modalités d'exploitation des équipements,
  • l'adaptation des locaux à un usage économe en énergie et le comportement des occupants.

 

Tous les acteurs concernés devront, tous les ans à partir de 2021, renseigner leurs consommations d'énergie annuelles dans une plateforme numérique. Cette publication sera complétée par une évaluation de l'émission de gaz à effet de serre correspondant aux données de consommation d'énergie, exprimée en kg de CO2 équivalent par mètre carré. En cas de non-respect des obligations, l'amende pour les personnes morales sera de 7 500 €.

Bien entendu, suivre ses consommations et calculer ses émissions de GES ne sera pas suffisant, il faut rapidement définir un plan d’action pour atteindre les objectifs fixés en commençant par -40% d’économies d’énergie d’ici 2030.

 

Accéder à l’intégralité du texte de loi.

23 sep 2019
Retour sur la visite d'une usine à papier écoresponsable


« La visite débute par une ballade en forêt et se poursuit par la découverte de la seule usine en France à maîtriser l’ensemble du processus de production, du bois au papier. » Avec cet argumentaire, Emmanuel Ripout, directeur Forêt Services chez International Paper (IP) réussissait à nous convaincre de nous lever à 5 heures du matin et faire 4 heures de train. Sandrine Cormier de Pôle emploi, Déborah Dorosz d'Antalis et Abel Mahadji de Cèdre étaient de la partie.

 

 

 

Ainsi, mercredi dernier, direction l’usine papetière de Saillat-sur-Vienne, appartenant au groupe International Paper qui fête ses 125 ans. Elle transforme des rondins de bois provenant de coupes d’entretien et d’éclaircies en pâte à papier, puis en papier blanc et couleur sous forme de ramettes pour le bureau et folio pour les imprimeurs.

 

 

 

La ballade est en fait un parcours dans la forêt attenante à l’usine qui m’a permis de mieux appréhender l’écosystème de la forêt à partir de ses trois fonctions essentielles : sociale, écologique et économique. Sept stations sont installées tout au long des 2 km du parcours, dédiées à des thèmes comme l’approvisionnement en bois de l’usine, l’eau et la forêt ou les milieux naturels. L’information est relayée par des panneaux synthétiques qui rendent la matinée vraiment enrichissante.

 

 

En complément, le site accueille un arboretum, inscrit dans un projet européen dont l’objectif est de mesurer l’impact du changement climatique sur les différentes essences, 1296 arbres de 36 essences ont donc été plantés.

 

 

Après le déjeuner, direction l’usine elle-même qui utilise exclusivement du bois local (rayon de 130 km) et écoresponsable (Écolabel Européen pour la fabrication et certifications FSC® et PEFC™ pour l’approvisionnement). Arrivés sous forme de rondins ou de « chips », les premiers sont déchargés directement sur le tapis d’approvisionnement ou stockés à l’extérieur et les seconds amassés jusqu’à former une véritable butte disponible en permanence. D’ailleurs, le travail est continu sur le site : 24/24 et 365 jours par an.

 

 

 

Le processus de transformation est complexe et dangereux donc le site, qui produit près de 250 kt de papier par an soit l’équivalent de la moitié de la consommation de ramettes en France, est étendu et les machines protégées et inaccessibles. Deux chaînes de production sont installées en parallèle et les plus grandes bobines de papier font 37 km de long, fabriqués en 15 min. Elles sont immédiatement découpées en ramettes, mises en carton puis sur palettes pour être expédiées sous la marque Rey ou celles des plus grands distributeurs.

 

 

Après cette belle et riche journée, je peux remercier notre hôte pour son insistance à me faire venir et je recommande, la ballade et la visite si vous cherchez à éduquer/éveiller les consciences de vos collaborateurs, leur faire découvrir de nouveaux aspects de la forêt et le lien avec la ramette qu’ils utilisent au quotidien.

 

Cyril

-

20 sep 2019
Invitation Petit-déjeuner « Écogestes et bien-être au bureau »

 

 

 

 

10 jui 2019
Causerie Web Label EnVol


Vous travaillez dans une TPE ou une PME de moins de 50 salariés ? Vous souhaitez formaliser votre démarche écoresponsable ou la faire reconnaître ? Alors, le label EnVol est fait pour vous.

Créé en 2009 par les CCI, les CMA et l'ADEME, il est géré depuis 2018 par l'agence LUCIE et Bureau Veritas qui vous invitent à participer à une Causerie Web de présentation le mercredi 10 juillet de 9h à 10h30.

Animée par Caroline Fusil de l'Agence Lucie et Valéry HERGOTT de Riposte Verte, cette Causerie Web, première d'une longue série à venir, fera le point sur les avantages d'un système de management environnemental simplifié pour les petites organisations complétés par ce label EnVol, basé sur le premier niveau de l'ISO 14001.

Comme le veut l'exercice, vous pourrez rester au bureau pour suivre les présentations et prendre part au débat. Cependant pour recevoir le lien de connexion, vous devez vous inscrire au préalable en remplissant le formulaire en ligne.

Venez nombreux découvrir ce label unique et n'hésitez pas à partager cette info avec vos réseaux.

05 juin 2019
Riposte Verte au Téléphone sonne de France Inter


Nous avons répondu avec Arnaud Gauffier du WWF lors de l'émission de Fabienne Sintes "Le Téléphone sonne" sur France Inter du mercredi 5 juin aux questions des auditeurs sur le trop plein de plastique au bureau.

A écouter sur le site de France Inter

France Inter

04 juin 2019
Riposte Verte signe la Charte Numérique Responsable


Le salon Meet'up de la Green Tech verte qui s'est tenu le 5 juin à la station F a vu le lancement de la Charte Numérique Responsable. Riposte Verte est fière d'être parmi les premiers signataires.

 

04 juin 2019
Visite d'une usine à papier écoresponsable


Le 18 septembre 2019, Riposte Verte part à la découverte de l'usine de papier écoresponsable d'International Paper à Saillat-sur-Vienne, près de Limoges.
Il reste des places et les personnes intéressées peuvent se joindre à nous.

Nous partirons de Paris à 6h30 (rdv gare d’Austerlitz) pour une arrivée prévue à 10h20 en gare de Limoges.
Nous passerons le reste de la matinée en promenade dans la forêt qui borde l'usine et l'alimente en bois géré durablement (FSC et PEFC).
La visite de l’usine fera suite au déjeuner pris sur place (compter 2h30) avant de repartir vers Paris en fin d'après-midi (retour à 21h30).

Si vous nêtes pas francilien(ne), retrouvez-nous à Limoges ou directement à l’usine.
Les frais de transport sont à votre charge, le déjeuner est offert.
 

 

 

25 mar 2019
ENQUÊTE : Écogestes et Bien-être au bureau


Si devant l’ampleur des enjeux climatiques, les engagements collectifs sont primordiaux, les écogestes individuels nous permettent de montrer l’exemple tout en contribuant au quotidien aux changements nécessaires.

Papier, gobelets, tri, énergie, alimentation, mobilité, bien-être…

Quels sont vos engagements sur ces thématiques ? Quelles sont vos attentes ? Comment votre organisation vous permet-elle d’agir ?

Pour alimenter le débat, Riposte Verte vous invite à répondre à ces questions avec une courte enquête anonyme.
 


A l'issue de cette consultation menée en partenariat avec Fiducial et G-On, les résultats seront présentés lors d'un événement public et publiés par l'Observatoire du Bureau Responsable.

PRENEZ 3 MINUTES POUR PARTICIPER !

 

13 mar 2019
#FresqueDuClimat : ludique, participatif et créatif

Connaissez-vous « La fresque du climat », ce jeu créatif et participatif sur le changement climatique ? Basé sur l’intelligence collective et extrêmement pédagogique, il est adapté aux novices comme aux connaisseurs qui découvrent le fonctionnement du climat et les conséquences de son dérèglement.
 

 

Maintenant animateurs certifiés, nous avons ajouté cet atelier aux formations "datadockées" pour assurer une prise en charge grâce au budget formation.
 
EXTRAITS DE COMMENTAIRES LAISSÉS PAR LES PARTICIPANTS (10 à 50 pax)
 
"Ludique, efficace et basé sur l'intelligence collective."  Surfrider Foundation
 
"Une solution efficace pour prendre conscience et faire évoluer les mentalités" we4climat
 
"Un jeu pédagogique pour sensibiliser un grand nombre de personnes." The Shift Project
 
"Merci pour cette sensibilisation ludique !" C3D
 
"Une initiation express aux enjeux du dérèglement climatique" #LaBase #Climat
 
"S'approprier les enjeux de société liés au climat pour cheminer dans sa prise de conscience" La Relève Et La Peste
 
"Réfléchir ensemble afin d'être sensibilisés au changement climatique et à ses conséquences" Institut de l'économie positive
 
" Un atelier ludique, participatif et créatif sur le changement climatique" Institut de l'économie climatique
-
17 Jan 2019
Interview de Agathe Denéchère DGA de l’Anses

 

Agathe Denéchère, directrice générale adjointe chargée des affaires générales de l’Anses répond à nos questions suite à la 1ère place de l'ANSES au Baromètre PAP50 2018 Organisations publiques

 

| Bonjour Agathe,
Les résultats de l’ANSES au Baromètre PAP50 en 2018 sont particulièrement remarquables (1ère place en 2018 et 3ème meilleure note depuis 2010). Mettre en place une politique papier exemplaire, cela a été compliqué ?

Il existe à l’agence une vraie sensibilité de la part des agents autour des enjeux liés à la préservation de l’environnement du fait de nos activités.  Il a fallu adapter et modifier un certain nombre d’habitudes et de comportements, mais la mise en place d’une politique papier qui réduise notre empreinte environnementale a naturellement trouvé un bon écho au sein de l’Agence, voire même un certain enthousiasme de la part de certains, ravis de pouvoir participer à cette démarche. Il est important de recueillir une telle adhésion en particulier pour faire évoluer les gestes simples du quotidien (impressions noir et blanc recto-verso, réutilisation du papier en brouillon, tri du papier, etc).

 

 

| Qu'avez-vous mis en place, depuis quand et comment ? Quelle a été votre logique, vos outils ?

Depuis la création de l’Agence en 2010, plusieurs actions de sensibilisation ont été mises en place, notamment à l’occasion de la construction du bâtiment HQE pour notre siège en 2014, qui imposait de revoir certaines habitudes de travail. Nous avons ainsi créé des groupes de travail pour élaborer un guide d’éco-responsabilité. En pratique, il était important de mener la réflexion aussi bien sur l’usage de papier de bureau que sur la consommation de papier générée par nos activités. Nous avons ainsi diminué le nombre d’imprimantes individuelles au profit d’imprimantes et copieurs en réseau et favorisé l’impression recto-verso. D’autres actions, comme la mise en place de réunions en ligne avec partage de documents ont modifié également les réflexes d’impression systématique de dossiers pour les participants et contribué à une baisse significative de l’utilisation du papier.

Dans le même temps, nous avons déployé une filière de recyclage et de valorisation de consommables et de papier.

Enfin, nous avons engagé une démarche de dématérialisation, qui s’est notamment traduite par la dématérialisation partielle des procédures d’achat. Concernant nos documents institutionnels, nos publications et nos rapports, nous avons mis en œuvre une politique de limitation des éditions sous forme papier en systématisant la mise à disposition de documents téléchargeables sur notre site internet.

Ces actions ont permis de réduire ainsi de près de 50% notre consommation de papier !

 

 

| Quels sont les principaux freins et difficultés que vous avez rencontrés dans la mise en place de votre politique papier ?

Cette démarche a d’emblée rencontré un très bon accueil auprès de nos agents après qu’ils aient été sensibilisés à l’impact de la politique papier à l’échelle d’une Agence telle que la nôtre pour que chacun soit acteur et éco-responsable !

 

 

| Aujourd’hui, quels sont vos objectifs et défis relatifs aux enjeux du papier ?

Nous souhaitons aller encore plus loin dans la démarche en développant la dématérialisation de nos circuits internes (par exemple nos workflows pour le management de la qualité), tout en restant vigilant sur les bonnes pratiques des TIC, pour maitriser au maximum, en termes de consommation de ressources non renouvelables et émission de gaz à effet de serre, notre impact environnemental.

Par ailleurs, le renforcement de la dématérialisation de la relation avec nos publics, notamment nos pétitionnaires ou nos fournisseurs, peut aussi avoir un impact positif sur les enjeux liés au papier.

 

 

| Participer au Baromètre PAP50 vous a-t-il semblé utile pour votre organisation ?

En effet, c’est une démarche intéressante qui permet de s’interroger sur nos propres pratiques et de mener une vraie réflexion sur ce qui pourrait être amélioré. Les résultats 2018 ne peuvent que nous encourager à progresser encore et améliorer notre démarche !

 

 


 

17 Jan 2019
Publication du baromètre PAP50 2018 Organisations publiques

 

Riposte Verte


Tous les ans depuis 2010, avec le Baromètre PAP50, le WWF et Riposte Verte interrogent
50 grandes organisations privées ou publiques sur leur politique Papier, de l'achat au recyclage.
En 2018, les acteurs publics étaient sollicités : ministères, régions, villes...

Les résultats alternent le bon mais aussi (et surtout) le moins bon.

OBR

 



TÉLÉCHARGER LES RÉSULTATS COMPLETS